logo crochets astérisque

Association féministe composée de bénévoles qui propose aux personnes victimes de violences sexuelles un soutien dans leur parcours judiciaire.


APPEL À TÉMOIGNAGES

#Payetajustice
 
 

J’avais 28 ans, lors de mon dépôt de plainte pour viol, une policière m’a dit : « Vous êtes sûre que ces hommes vous ont violée ? Ils sont mignons pourtant ! »

J’ai 40 ans, je relate des viols conjugaux à mon avocat : « Je ne suis pas là pour entendre votre vie privée… »

J’ai 50 ans, j’ai porté plainte pour 20 ans de viols conjugaux. Dans mon dossier le procureur a écrit : « Monsieur ne paraît pas avoir eu conscience de forcer. Il était pris par une sorte de dynamique d’action de l’amour ».

J’avais 35 ans, lors d’une audition, un juge d’instruction m’a dit : « La procédure va être longue et ne va mener à rien, vous devriez arrêter de vous acharner, et aller vous soigner et faire du bénévolat dans une association d’aide aux victimes »

Si vous aussi vous avez entendu de tels propos dans le cadre de votre plainte contre des violences sexuelles, l’association Prendre le droit, féministes pour un monde sans viol[s]*, vous invite à témoigner sur Instagram et Facebook avec le #Payetajustice ou par mail payetajustice@riseup.net 

Qu’elles soient prononcées par des policiers, des juges d’instructions, des médecins, des procureurs, des avocats, par n’importe quel acteur du système judiciaire, ces phrases constituent une double peine pour les femmes victimes ! Après les violences sexuelles, elles doivent affronter les violences judiciaires !

Parce que la justice participe du même système que celui qui nous viole massivement,

Parce que la justice garantit l’impunité des agresseurs, en classant massivement les plaintes pour violences sexuelles sans suite,

Parce que la justice est une justice faite par et pour les hommes,

Dénonçons-là !

Alors même que le gouvernement se pare d’une belle communication autour des violences faites aux femmes, en invitant à la « libération de la parole », les moyens concrets qu’il met en oeuvre pour accueillir dignement cette parole sont largement insuffisants !

Dans les commissariats, les gendarmeries, les tribunaux, l’esprit reste toujours le même : les victimes parlent, mais sont présumées menteuses, quand les agresseurs sont présumés innocents.

Les victimes sont présumées consentantes, quand les agresseurs sont présumés dans leur bon droit.

Vos témoignages anonymes seront déclamés par les militantes de Prendre le droit lors d’une action publique pour dénoncer cette justice sexiste et patriarcale.

« OPPRESSION », Place de la mairie, Rennes
Samedi 20 mars 2021 à 13h**

Nous parlerons, nous briserons le silence, nous prendrons la parole, et nous prendrons le droit !

VIOLENCES SEXUELLES + VIOLENCES JUDICIAIRES
=
DOUBLE PEINE
#Payetajustice

* Englobe ici toutes formes d’atteintes physiques et psychiques à caractère sexuel même sans pénétration.

** Cette action est prévue dans le cadre des événements du 8 mars organisés par la Ville de Rennes, que celle-ci vient d’annuler à cause du

contexte sanitaire. Nous tentons par tous moyens de maintenir tout de même l’action à la date prévue !


Dans quel cas contacter Prendre le droit ?

– Si vous êtes ou avez été victime de violences sexuelles, y compris incestueuses : Harcèlement sexuel / Agression sexuelle / Viol

– Quelle que soit la sphère de vie dans laquelle ces violences ont été commises

– Si ces violences ont été commises en Bretagne ou que vous résidez en Bretagne

– Que vous ayez porté plainte ou non, que vous souhaitiez porter plainte ou non

Ce que Prendre le droit vous propose :

Prendre le droit propose aux personnes victimes de violences sexuelles un soutien dans leurs procédures judiciaires.

Si cela ne correspond pas à vos besoins, vous pouvez contacter le centre d’information sur les droits des femmes (CIDFF) le plus proche :

→ Rennes : http://illeetvilaine.cidff.info/ – 02 99 30 80 89

→ Vannes : http://www.cidff-morbihan.fr/ – 02 97 63 52 36

→ Brest : http://finistere.cidff.info/ – 02 98 44 97 47

→ Saint Brieuc : http://cotesdarmor.cidff.info/ – 02 96 78 47 82

Comment nous contacter ?

Le premier contact se fait par mail :

→ Soit via notre adresse mail : prendreledroit@riseup.net

→ Soit depuis le formulaire : http://prendreledroit.org/contact/

Nos échanges pourront se poursuivre par téléphone si vous le souhaitez.

Votre mail sera lu par une bénévole, qui pourra, en fonction des circonstances, vous proposer des conseils, vous orienter vers les professionnels compétents ou vous proposer un entretien dans nos locaux.

Panneau de signalisation de danger en France — Wikipédia

Malgré la crise sanitaire, nous continuons bien sûr d’être joignables.

Retrouvez sur le site du gouvernement « Arrêtons les violences » tous les contacts des dispositifs nationaux d’accompagnement des victimes.

Également, vous pouvez joindre la plate-forme départementale contre les violences conjugales 24h/24, 7j/7. Ce numéro assure accueil / infos / orientations et reçoit les demandes de mises en sécurité en urgence. Numéro :  02 99 54 44 88 

France Victimes /SOS Victimes 35, téléphone : 02 99 35 06 07 tous les jours de la semaine de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 (un message peut être laissé sur le répondeur en dehors de ces horaires) | courriel : sos-victimes35@wanadoo.fr

Planning Familial, téléphone : 02 99 31 54 22 / numéro vert national IVG : 0800 08 11 11

Share Button